Communication

 

Dans un domaine générant autant de tensions, la question de la présence des pigeons nécessite  une communication auprès du public. La complexité du sujet fait prendre conscience à tous que la solution n’est pas aussi simple qu’il apparaît au premier abord.

 

Dès le rendu de l’étude sur les pigeons, la Ville peut rédiger un article dans le journal municipal présentant les résultats.

 

Cet article permet de bien poser la problématique rencontrée à savoir :

  • la présence des pigeons est importante ou non,

  • cette présence est gênante sur certains secteurs de la ville , mais pas sur d'autres secteurs,

  • dédramatise la présence du pigeon

  • présente les objectifs éthiques que la Ville se fixe à moyen terme pour diminuer cette présence des pigeons là où ils gênent, par une réduction du bol alimentaire disponible et par la suppression progressive de l’habitat disponible.

 

Une fois cette communication écrite réalisée, nous préconisons l’organisation d’une réunion sur la question des pigeons. Soit la réunion concerne seulement les habitants du centre-ville (là ou les actions débutent). Soit la réunion concerne l’ensemble des secteurs de la ville. Les deux options sont possibles. Il s’agit plutôt ici de prendre en compte les contraintes et considérations locales.

 

Enfin, un travail de terrain est proposé avec une écoute équilibrée des habitants et commerçants en définissant des objectifs communs : la diminution des nuisances et une présence acceptée des pigeons.

Des actions en direction des habitants

Afin d’atteindre l’objectif d’une réduction du nombre de pigeons par des moyens éthiques, il est nécessaire de mener des actions auprès de la population.

 

Dans un domaine aussi polémique que la gestion des populations de pigeons, la communication est primordiale mais pas suffisante. Une véritable médiation de terrain au quotidien est nécessaire.

 

Tous les acteurs ont besoin d’être écoutés mais aussi d’être mis en relation.

Médiation

 

 La médiation sociale est définie « comme un processus de création et de réparation du lien social et de règlement des conflits de la vie quotidienne, dans lequel un tiers impartial et indépendant tente, à travers l’organisation d’échanges entre les personnes ou les institutions, de les aider à améliorer une relation ou de régler un conflit qui les oppose » (définition européenne établie en 2000, par 43 experts de 12 pays européens).

  

Le préalable à la médiation est de reconnaître qu’on a affaire à un conflit de valeurs et non à des comportements « anormaux » qu’il faudrait modifier ou interdire. Il n’y a pas celui qui a tort et celui qui a raison.

 

Notre rôle est alors celui d’un passeur. Il est celui qui explique à l’autre et vice versa. Nous sommes là pour rétablir les liens, pour faciliter la compréhension entre les différentes parties, pour dissiper les malentendus. Notre engagement en tant que médiateurs réside dans le fait que la médiation doit s'exercer en toute indépendance, de manière impartiale et neutre et l'engagement à la confidentialité des échanges.

 

Ce travail de médiation permet d’identifier la nature de la plainte (problème de voisinage, réelle nuisance avec les pigeons) mais aussi de percevoir les situations selon les urgences et le degré de tension.

 

La nature des plaintes

Il ressort des discussions que nous avons eues avec de nombreux habitants, trois types de plaintes ou récriminations :

  • Les plaintes phobiques

Elles correspondent à des personnes qui subissent sur leur balcon ou rebord de fenêtre chaque jour, la présence de 2 à 5 pigeons. Le nombre de pigeons est certes un facteur aggravant, mais la présence de l’individu pigeon est en soi, source de répulsion.

  • Les plaintes de voisinage

Dans certains cas, nous avons perçu que la présence des pigeons cachait plus des problèmes de voisinage que des nuisances dues aux pigeons. Ces cas sont particulièrement difficiles à traiter. Il nous semble, en tout état de cause, nécessaire de ne pas classer ces plaintes comme étant une problématique Homme / Animal. Là encore, ces plaintes concernent peu de pigeons.

  • Les plaintes contre le nourrissage

Il s’agit là de personnes qui voient leur lieu  de résidence être un lieu de nourrissage utilisé par des protecteurs pour nourrir les pigeons.

 

Les étapes de la médiation

  • Le principe de la médiation doit être accepté par les parties.

  • Le médiateur voit les personnes séparément. Cette rencontre permet l’expression libre et émotionnelle des parties.

  • Le médiateur aide ensuite chaque partie à analyser la situation de manière un peu plus distante.

  • Le médiateur fait se rencontrer les parties et va permettre que chacun s’écoute et comprenne les ressentis de l’autre.

  • La phase de la négociation où le médiateur amène les parties à trouver par eux-mêmes des solutions, un compromis, un accord durable.

 

 

Les conditions de réussite

Ce type d’actions ne peut, selon nous, obtenir des résultats que sous certaines conditions :

  • Le temps

Le travail a effectué doit s’inscrire dans la durée pour créer les relations, établir des résultats partiels, créer des dynamiques, enraciner les actions dans la vie de la cité.

  • Les compétences des médiateurs

Nous savons que la question animale est considérée comme une cause secondaire. Et paradoxalement, elle suscite passions et tensions. Il sera nécessaire de comprendre les systèmes de pensées, les codes et valeurs culturels différents, de les expliquer et d’en modifier les représentations négatives.

  • L’analyse partagée entre la ville et les intervenants

Ce type de démarche nécessite une analyse partagée entre les décisionnaires de la ville  et le médiateur tout au long du processus. Il est impératif de vérifier régulièrement que les visions demeurent communes. D’un côté les médiateurs doivent être indépendants dans la façon de mener leurs actions, mais ces actions doivent s’intégrer dans le cadre de la politique de la ville. Des liens privilégiés, réguliers doivent avoir lieu et un ou plusieurs référents de la ville doivent être en lien avec les médiateurs.

 

Nous inscrivons toujours notre travail dans le cadre d’une opérationnalité et d’une expertise animalière reposant sur le sérieux d’un professionnalisme, des compétences fortes et des savoir-faire reconnus. Mais nous pensons qu’il est possible et nécessaire à partir de nos savoir être, de développer une médiation sociale et citoyenne reposant sur un objectif majeur : créer du lien social à partir de l’animal au service de la cohésion sociale.

 

 

 

Organisation municipale

 

Toutes ces préconisations s’inscrivent dans le cadre d’une gestion globale et nécessitent une cohérence de fonctionnement entre les différents acteurs.

 

Une organisation interne à la municipalité

  • Identifier les différents acteurs de la ville concernés par la présence des oiseaux (espaces verts, service hygiène, urbanisme, etc)

  • Nommer un référent interne faune sauvage et domestique afin de coordonner les actions et assurer une cohérence sur le terrain

 

Une organisation externe à la municipalité

  • Création d’un comité consultatif de la faune sauvage et domestique composé d’acteurs internes, de bailleurs sociaux, d’associations diverses (protection animale, commerçants, locataires

  • La cohabitation

  • Ecologie de la réconciliation

  • Nos modes d'actions

  • Notre association

  • Nos partenaires

  • Relation avec les oiseaux

  • Les oiseaux étudiées
  • Focus sur les pigeons
 
  • La méthode

  • Le pigeonnier

  • Les moyens répulsifs

  • Des actions

  • Textes de références

  • Bibliographie

  • Vidéos

  • Galeries photos

 

© 2023 by by James Consulting. Proudly created with Wix.com